Actualité du jour pour du coaching en extérieur

actualité du jour

Newsletter n°2

Et si nous prenions le temps?

Et si, le temps d’un instant, nous prenions le temps de nous poser ? Arrêter de courir après le temps, pour regarder le temps qui passe. · Et si, le temps d’un instant, nous prenions le temps d’écouter ? Ecouter la mélodie de la nature qui nous entoure, plutôt que qu’entendre le bruit que nous subissons au quotidien. · Et si, le temps d’un instant, nous prenions le temps de communiquer ? Choisir les bons mots, formuler les bonnes phrases, et surtout argumenter pour convaincre, plutôt qu’imposer sans discuter. · Et si, le temps d’un instant, nous prenions le temps de rigoler ? Rigoler pour apaiser les douleurs emmagasinées, mais aussi, rigoler pour ne pas que trop de réflexion nous fasse, à la longue, imploser. · Et si, le temps d’un instant, nous acceptions de nous tromper ? Se tromper, non pas pour se résigner, mais se tromper pour comprendre de ses erreurs, et oser recommencer. · Et si, le temps d’un instant, nous acceptions d’avancer ? Avancer après avoir pardonné, ou avancer après avoir décidé d’oublier, peu importe notre choix, avancer pour ne pas déprimer. · Et si, le temps d’un instant, nous acception de nous émouvoir ? Accepter de nous émouvoir, en voyant le monde autrement, comme lorsque nous étions enfants, en préservant notre âme d’enfants. Le bonheur se cache dans les détails, ne l’oublions pas…
Newsletter n°2
Rate this post

Newsletter n°2

Et si nous prenions le temps?

  • Et si, le temps d’un instant, nous prenions le temps de nous poser ? Arrêter de courir après le temps, pour regarder le temps qui passe.
  • Et si, le temps d’un instant, nous prenions le temps d’écouter ? Ecouter la mélodie de la nature qui nous entoure, plutôt que qu’entendre le bruit que nous subissons au quotidien.
  • Et si, le temps d’un instant, nous prenions le temps de communiquer ? Choisir les bons mots, formuler les bonnes phrases, et surtout argumenter pour convaincre, plutôt qu’imposer sans discuter.
  • Et si, le temps d’un instant, nous prenions le temps de rigoler ? Rigoler pour apaiser les douleurs emmagasinées, mais aussi, rigoler pour ne pas que trop de réflexion nous fasse, à la longue, imploser.
  • Et si, le temps d’un instant, nous acceptions de nous tromper ? Se tromper, non pas pour se résigner, mais se tromper pour comprendre de ses erreurs, et oser recommencer.
  • Et si, le temps d’un instant, nous acceptions d’avancer ? Avancer après avoir pardonné, ou avancer après avoir décidé d’oublier, peu importe notre choix, avancer pour ne pas déprimer.
  • Et si, le temps d’un instant, nous acception de nous émouvoir ? Accepter de nous émouvoir, en voyant le monde autrement, comme lorsque nous étions enfants, en préservant notre âme d’enfants.

Le bonheur se cache dans les détails, ne l’oublions pas...